Comment encourager votre ado au moment des devoirs, sans laisser parler l’ancien élève qui est en vous ?

Vous voulez aider votre enfant à faire ses devoirs, mais vous vous sentez maladroit, ou vous avez l’impression de le stresser plus qu’autre chose. Et si c’était l’ancien élève qui est en vous qui s’exprimait dans ces moments-là ? Que l’on ait été bon ou mauvais élève, difficile de se défaire du passé quand on accompagne son enfant dans sa scolarité. Je vous propose quelques pistes pour ne pas transmettre vos peurs mais votre confiance à votre enfant.

Evitez les comparaisons avec votre enfant

La veille de la rentrée, vous avez revécu vos rentrées à vous. Que lève le doigt le parent qui a réussi à ne JAMAIS dire à son enfant : « moi quand j’étais à l’école… » ! Oh ce n’est pas bien grave, à condition de réfléchir à pourquoi on utilise son expérience d’élève quand on encourage nos enfants dans leur propre scolarité.

Parfois (souvent ?), les parents revivent leurs propres difficultés scolaires à travers leurs enfants. J’entends souvent un père ou une mère déclarer presque comme une sentence : « il est comme moi, je n’ai jamais aimé les maths », « elle tient ça de moi, l’histoire-géo ça ne m’a jamais intéressé.e ». Ces petites phrases anodines sont lourdes de conséquence : elles n’ont rien d’encourageant, et pire ! elles peuvent pousser l’élève à se conforter dans sa difficulté.

Parfois, on n’aime tout simplement pas se souvenir de notre angoisse de la page blanche, ou des identités remarquables qui nous ont bien embêtés quand c’était nous l’élève.

Alors même si ce n’est pas bien (bouh!), on n’y peut rien, quand nos enfants galèrent, on galère aussi. Ce qui est essentiel, c’est de se rappeler que notre enfant n’est pas nous, son expérience scolaire n’est pas la nôtre, et son parcours sera différent ! Gardons-nous de les enfermer dans le seul modèle que nous avons, le nôtre, et différencions dans notre attitude l’ancien élève du nouveau parent.

Plus l’enfant devient ado, moins il apprécie d’ailleurs ces commentaires sur votre scolarité. C’est bien connu, les maths, c’est différent maintenant ! « Tu ne peux pas comprendre! » Est-ce si vrai ?

Acceptez d’entendre : « Mais tu ne peux pas comprendre ! »

Les programmes changent si souvent qu’il est impossible de retrouver dans le cahier de votre collégien/lycéen la même chose que ce que vous avez étudié… dans la forme surtout, mais c’est vrai, dans le contenu aussi.

Il y a bien entendu des éléments immuables : en primaire, c’est plus simple, puisqu’on touche aux calculs élémentaires, à l’orthographe basique, etc. En règle générale, ces bases ne nous sont pas si étrangères, et c’est pourquoi on consacre bien 19h par mois à aider son enfant de primaire. Ce chiffre baisse à 14h/mois au collège, puis 5,9h/mois au lycée ! (l’étude la plus récente est et son analyse par le ministère ) Les chiffres le montrent : plus l’enfant grandit, et moins on peut comprendre…

Finalement, face à un exercice un peu retors de maths, ou une dissertation d’éco, votre ado s’énerve car il vous sent dépassé, et vous vous sentez dépassé par le changement ! En vous positionnant en ancien élève, vous ne pouvez pas comprendre, et vous ne pouvez pas aider ! Mais alors, comment faire ?

Adoptez une posture d’élève sans redevenir l’élève que vous étiez

Votre ado n’a pas besoin que vous lui apportiez la réponse (même si il ou elle insiste et quémande la solution, ne lâchez pas !). Ce dont votre enfant a besoin, c’est que vous lui montriez comment on trouve une solution.

Ainsi, pour aider votre enfant, sans non plus exagérer votre incompétence en la matière (on a une réputation à tenir n’est-ce pas?), accompagnez-le dans la démarche de compréhension : relisons ton cours, comparons avec le manuel, demandons à ton camarade ce qu’il a compris, cherchons sur le net une explication… Soyez le BON élève (l’âge vous a rendu meilleur, promis !) et encouragez votre enfant à trouver un moyen de sortir de sa difficulté. Parfois, le meilleur conseil peut être d’aller voir le prof à la fin du cours pour lui poser la question !

Mettez de côté votre expérience

C’est sans doute le plus difficile, mais cela reste important : vous avez besoin de prendre du recul sur votre expérience, et dépasser vos angoisses passées. Aiderez-vous votre enfant qui rentre au collège en lui parlant de Michel qui vous a embêté à la récré, ou de Mme Machin qui vous a traumatisé avec ses déclinaisons d’allemand ? Bien sûr que non. Vous avez eu vos difficultés, et votre enfant aura les siennes. C’est inévitable. Un enfant ne se baigne pas dans le même fleuve que ses parents.

En revanche, vous n’êtes plus l’élève, mais vous restez son papa ou sa maman : une île, une bouée, un refuge… un taxi, un centre de documentation, un médecin du travail, bref un super parent !

Valorisez l’expérience de votre enfant

Pour finir, j’insisterai sur la nécessité de valoriser l’expérience de votre enfant dans son parcours d’élève. Quand la difficulté, ou simplement le stress est là, n’oubliez pas de lui rappeler toutes les étapes franchies, toutes les réussites. Vous êtes sa mémoire : il a peur de rentrer en 3e, rappelez-lui comme il avait peur au CP, et comme cette peur a été surmontée.

Ce rôle du parent commence enfin à être rappelé : il existe même des kits de messages encourageants à coller sur les affaires pour dire et répéter que ça va aller, que c’est votre champion.ne, etc. (Vous pouvez les trouver )

Plus simplement, j’ai adopté les post-it, que les mamans américaines utilisent pour agrémenter le repas à emporter de leur bambin et leur souhaiter une bonne journée. Essayez ! un post-it dans l’agenda, sur le bureau, sur le frigo … Ca fait du bien, et plutôt que de transmettre ses peurs (toutes naturelles, on veut tellement le meilleur pour eux !), on transmet sa confiance en notre enfant.

Cet article vous a plu ? Aidez-moi à diffuser les bonnes ondes et partagez ! À bientôt 👋 Emilie.

Crédit image : Photo by JESHOOTS.COM on Unsplash

Publié par madeleineetcupoftea/alg

Des idées et des mots à partager !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :