Les mauvaises résolutions du bon élève

En janvier, à la rentrée, après le premier semestre, trimestre, ou le mauvais bulletin, ça y est, c’est décidé, « oui promis Papa Maman je vais m’y mettre sérieusement ». Les bonnes résolutions intenables sont lancées, et elles risquent surtout de décourager. Je vous explique pourquoi.

Mauvaise résolution 1 : Je vais viser 15/20 de moyenne !

L’idée semble séduisante, et pourtant… Si le point de départ est 8/20, le 15/20 est bien loin ! Il n’est pas efficace sur le long terme de se fixer des objectifs trop élevés : la technique des petits pas est bien plus efficace. On garde bien sûr en ligne de mire le 15 (voire plus d’ailleurs!), mais on concentre son attention sur une première étape plus proche, plus facile à atteindre : le prochain devoir, le prochain mois, et on répète à chaque fois.

Imaginez que vous soyez face à un énorme gâteau à manger : vous en avez envie, vous avez l’appétit. Mais si vous avalez le gâteau en entier, vous allez vous étouffer ! C’est la même chose avec l’effort scolaire -ou non scolaire- : on fractionne les objectifs pour rendre le tout plus digeste. Et à la fin, une part de gâteau à la fois, on a tout mangé et on s’est régalé !

Mauvaise résolution 2 : Je vais travailler tous les jours pendant 3 heures !

Encore une belle idée sur le papier, mais c’est oublier … l’endurance, et l’entraînement nécessaires ! C’est un peu comme un régime, la cigarette, ou toute autre addiction : « demain, j’arrête », oui, oui… mais après-demain je reprends !

Le travail personnel est une question de routine : les habitudes mettent au moins 21 jours à s’ancrer, et les bonnes habitudes viennent remplacer de mauvais habitudes, elles ne s’ajoutent pas.

Quelques astuces pour tenir dans la durée :

  • se fixer des challenges progressifs : 1 semaine de révisions tous les soirs, puis 2 semaines, puis 3 semaines … et à chaque challenge relevé, se récompenser ! Ce peut être décidé en famille : une soirée cinéma avec pop corn, un copain à inviter, un cadeau, pourquoi pas ?
  • se faire un planning de révisions : ajouter à l’emploi du temps scolaire, l’emploi du temps « périscolaire ». Il est important, pour relever le défi, de se fixer les objectifs soi-même, et de choisir un maximum la façon d’atteindre ces objectifs.
  • s’auto-motiver : la motivation se nourrit de compliments, d’encouragements et de félicitations ! Alors autant être son propre coach, et se répéter des mantras positifs dans lesquels on se cajole et on se booste. Par exemple : « je m’aime, je peux y arriver et je mérite de réussir! »
  • mieux se connaître : identifier le moments où je ne travaille pas, où je fais autre chose et observer : qu’est-ce qui m’empêche de travailler ? qu’est-ce qui me distrait ? A partir de ce constat honnête, prendre alors des décisions éclairées : mettre le téléphone sur mode avion, éteindre la télé, fermer la porte de la cuisine pour ne pas entendre le reste de la maison, éloigner tout ce qui capte mon attention et m’empêche de me concentrer.

Je pourrais ajouter des conseils de base : bien dormir, bien manger, faire de l’exercice et s’amuser… mais ceux-là sont valables toute l’année !

Mauvaise résolution 3 : J’arrête de m’amuser et je travaille !

Ouh la … comme elle est belle cette résolution intenable ! Dans le même ordre d’idées, nous avons : j’arrête de bavarder en classe, j’arrête de passer du temps sur les réseaux sociaux, j’arrête de me mêler des histoires de mes copains/copines de classe, etc.

Pourquoi ça ne marche pas ? Parce que ce sont des injonctions négatives. A chaque fois, il s’agit de « ne plus faire », et puis c’est tout ! Or, pour progresser, nous avons besoin d’objectifs positifs, et de remplacer ce qui ne fonctionne pas par quelque chose qui fonctionne.

Alors au lieu de se punir, de s’interdire des comportements ou des actions, il vaut mieux s’autoriser à mieux faire ! Je m’amuse QUAND j’ai fini mes devoirs, je sors QUAND j’ai révisé mes leçons, je regarde mon compte Instagram QUAND j’ai préparé mon évaluation.

Et pour ce qui est des bavardages, une solution simple consiste à mettre une croix dans le calendrier les jours où on n’a pas bavardé : très vite, on va vouloir voir des croix partout. Et pourquoi pas déterminer une récompense au bout de 5, 10, ou 20 croix ?

Pour finir, je vous partage une petite fiche qui récapitule le cercle vertueux de la réussite ! Bon courage à tous et restez motivés !

Le cercle vertueux de la motivation

Publié par madeleineetcupoftea/alg

Des idées et des mots à partager !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :