5 questions à poser à son enfant pour l’encourager à réfléchir sur ses habitudes de travail

Pour mieux travailler, il faut mieux se connaître. Voici les questions que j’aime poser à mes enfants pour les aider à progresser dans leur autonomie. Pour mes élèves, je prends toujours le temps, au début et en cours d’année, de discuter avec eux de leurs habitudes de travail : la fiche à télécharger pourra être utile tant aux parents qu’aux enseignants.

Les 5 questions à poser à son enfant

Voici 5 questions à poser à votre enfant pour l’aider à observer son propre fonctionnement, et prendre conscience de ce qui lui convient et de ce qui ne lui convient pas au moment de faire ses devoirs, apprendre ses leçons, préparer un examen.

1- Où veux-tu travailler ?

Dans la mesure du possible, laissez le choix à votre enfant. A-t-il besoin du calme de sa chambre, ou ce soir a-t-il besoin de plus de compagnie ? Préfère-t-il travailler assis à son bureau, sur une chaise, un tabouret ? Ecrire debout sur un tableau ? Même si votre enfant a une routine, montrez-vous flexible, afin de lui apprendre qu’on n’a pas toujours besoin des mêmes conditions pour être efficace.

2- De combien de temps as-tu besoin ?

Apprenez à votre enfant à planifier son travail, à évaluer ses besoins et à se fixer des objectifs raisonnables. Soyez sa montre au cours de sa session de travail, non pas pour lui mettre de la pression inutile mais au contraire pour l’encourager à rester concentré. Mais si la tâche est plus importante que ce qu’il avait imaginé, encouragez-le à rester positif (« ce n’est pas grave si tu as besoin de plus de temps ») et à comprendre pourquoi il ne peut pas respecter le temps qu’il s’était imparti (« est-ce qu’il y a quelque chose que tu n’avais pas prévu ? qu’est-ce qui te prend plus de temps finalement et pourquoi ? »)

3- Quels sont tes objectifs ?

Il est important que l’enfant formule (à voix haute ou par écrit) ce qu’il a à faire. Ce n’est pas parce qu’il a noté son travail sur son agenda que cela suffit à son organisation. Proposez-lui de faire une to-do-list, ou une carte mentale qui permette d’organiser son travail si votre enfant préfère une présentation moins linéaire (pour certains, l’effet liste est plus angoissant qu’autre chose). Cela peut aussi se faire de façon plus ludique : une tâche par post-it, et on décolle les post-it à mesure que le travail avance : cela lui permettra de mieux visualiser sa progression (j’ai aussi utilisé les Kapla avec mon fils, on ajoutait un bâton par exercice, et à la fin de la séance, il pouvait faire s’écrouler la tour dans un grand geste)

4- De quoi as-tu besoin ?

Votre enfant doit apprendre à mobiliser ses ressources, tant matérielles que mentales. Pour cela, questionnez-le sur les outils dont il a besoin pour réaliser le travail qu’il a à faire. Le rôle premier et pratique du parent, c’est déjà de s’assurer que son enfant a sa trousse pleine, des piles dans sa calculatrice, etc. Vous pouvez aussi ajouter des ressources supplémentaires comme des outils de révision : des cahiers de révision, des objets pour vérifier ses multiplications etc. Et puis il y a les ressources mentales : dans un problème de mathématiques par exemple, « de quoi as-tu besoin » peut appeler la réponse « de savoir poser une division », pour une rédaction, « d’utiliser le vocabulaire qu’il y a sur mon cahier », etc. En posant cette question, vous montrez à votre enfant qu’il a des ressources, et que s’il ne les a pas, il sait où les trouver. (A ce propos, les enfants ont tendance à négliger leur ressource numéro 1 : le manuel !)

5- Comment te sens-tu ?

Cette question arrive en 5e position, et pourtant… c’est sans doute la première à poser ! Après une journée d’école, avant de rappeler à « ses devoirs » votre enfant, rappelez-lui que vous êtes là pour lui, que vous êtes à son écoute, et que vous êtes là pour l’encourager. Quand on arrive sur notre lieu de travail, nos collègues, avant de nous indiquer ce que l’on doit faire d’urgent, prennent le temps, et heureusement, de nous saluer et de nous demander comment on va ! Nos enfants eux aussi ont besoin qu’on s’intéresse à leur état. Et un enfant qui ne se sent pas bien ne travaille pas bien. Il vaut mieux parfois négocier un temps de repos, ou organiser autrement le temps de travail pour répondre mieux à leurs besoins. Vous pouvez par exemple morceler le temps de travail et octroyer des pauses, puis un temps rien qu’à eux (ou avec vous c’est encore mieux!) pour se féliciter des efforts faits !

Téléchargez gratuitement cette fiche à colorier !

Publié par madeleineetcupoftea/alg

Des idées et des mots à partager !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :